Formation

images (1).jpg

                 Formation

Publication

images (3).jpg

              Publication

Plan de Travaille

images (5).jpg

                   Plan de Travaille

Documents Utils

images (7).jpg

                 Document Utils

Vous désirez créer votre start-up mais… le simple fait de penser aux difficultés auxquelles vous devez faire face pour y arriver vous dissuade de vous lancer ? Pourquoi ne pas faire appel aux services d’un incubateur de start-up ?

Que peut vous apporter un incubateur ?

C’est la question que vous vous posez surement. Un incubateur peut vous faciliter les choses :

– le plus important à notre sens est qu’il vous apportera un réseau relationnel, des contacts (les institutions, les entreprises privées ou publiques partenaires de l’incubateur, experts en propriété intellectuelle, avocats, experts comptables…) et vous aidera à entrer en relation avec eux, ce qui vous permettra de gagner du temps et vous épargnera des recherches parfois vaines de clients pour le produit/service que vous envisagez de lancer, de sources de financement, d’associés, de partenaires…etc. ;

– il vous apportera des conseils dans différents domaines, que ce soit juridique, économique, technique, commercial, stratégie de l’entreprise, ressources humaines, comptabilité, droit, fiscalité et également financier (accès au financement) afin de vous aider à élaborer votre projet de start-up ;

– en plus de cela il vous assure une formation en entreprenariat, management, marketing, gestion financière, comptabilité, propriété intellectuelle, droit des affaires…etc, à travers l’organisation de cycles de formation en faisant appel à des coachs, des universités, grandes écoles ou instituts ou des entreprises partenaires et en utilisant éventuellement le e-learning ;

– hébergement à tarif réduit (loyer et charges communes) et beaucoup d’autres services.

 

La candidature

Pour bénéficier d’un accompagnement de la part d’un incubateur de l’agence nationale du développement des parcs technologiques, vous devez déposer votre candidature en réponse à l’appel à projet lancé (pour ce qui est du cyberparc de Sidi Abdellah jusqu’ici il y a eu 4 appels à projet depuis 2010 année de l’ouverture du Cyberparc, le 4ème vient d’être lancé le 4 novembre 2012). Pour cela vous devez remplir une Fiche-Projet que vous trouverez sur le site anpt.dz (cliquez ici pour accéder directement à la fiche-projet création d’entreprises dans les TIC). Dans cette fiche il vous est demandé des informations sur vous porteur du projet ainsi que les autres membres de l’équipe (si vous êtes à plusieurs pour ce projet), des informations sur le produit/service que vous envisagez de commercialiser, en quoi est il innovant, des informations sur l’identification du marché de ce produit/service et enfin vos attentes vis-à-vis de l’incubateur. Vous pouvez, ensuite, soit, envoyez cette fiche à l’adresse indiquée sur le site de l’ANPT, soit vous déplacer personnellement au cyberparc pour la déposer.

La pré-incubation

Seul une vingtaine de projets sont retenus pour accéder à cette phase. Pour être parmi les « heureux élus » votre projet doit passer avec succès le processus de sélection suivant :

1) Tout d’abord votre Fiche-projet doit être validée : ça sera le cas si elle est conforme c’est-à-dire que les informations sont complètes et correctement remplies, et surtout si vous répondez à un critère essentiel qui est : votre projet doit être innovant dans le domaine des TIC et à réaliser en Algérie.

2) Après cette première étape, le nombre de projets validés peut être conséquent, et vu le nombre de places limitées à 20 seulement, une sélection doit donc s’opérer, pour ne prendre que les projets qui ont le plus grand potentiel. C’est le mission qui a été assignée au comité de pilotage (CP).

En effet, le comité de pilotage est composé de coachs (chacun d’eux est expert dans un domaine particulier : finance, droit, technique …etc.). Ces coachs interviennent également durant la phase de pré incubation par leur conseil et accompagnement en faveur des apporteur de projets retenus et entrés en pré incubation. Fermons cette parenthèse pour revenir à ce qui nous occupe présentement c’est-à-dire la selection des projets. Au cours de la phase de sélection le rôle du comité de pilotage consiste à analyser les projets afin d’en sélectionner 20 qui entreront en pré incubation.

Voici les critères pris en compte par le comité de pilotage (CP) :

– l’idée que vous proposer doit être innovante ;

– elle doit être potentiellement exploitable c’est-à-dire qu’une demande potentielle existe pour le produits/services que vous envisagez de lancer ;

– le CP tient compte également de vos compétences et votre motivation (et celles de vos associès si vous êtes en équipe), pour ce faire, vous serrez invité à fournir des documents nécessaires pour que le CP évalue ces aspects et vous serrez égelement invité à aller présenter votre projet devant ce CP.

Les entreprises qui reçoivent l’avis favorable du comité de pilotage auront la chance d’entrer en pré incubation pour une durée allant de 3 mois à 6 mois maximum. Pour ceux qui n’ont pas été retenus, vous pouvez retenter votre chance la fois prochaine, vous avez au moins une année pour soit revenir avec la même idée que vous aurez amélioré ou mieux formalisé, ou bien avec une autre idée.
Cette période de pré incubation est l’occasion pour vous (apporteur de projet et votre équipe s’il y a lieu) de travailler sur votre idée pour mieux la formaliser. La bonne nouvelle est que vous ne serez pas seul pour accomplir cette tache. Rappelez vous ce que nous avons dit plus haut : vous serrez assistés par les coachs (chargés d’affaire) membres du CP.

Concrètement que peuvent vous apporter ces coachs ?

– ils vous aident à travers leurs conseils à murir votre projet et éclaircir un certain nombre de points relatifs aux aspects technique, économiques, financiers …etc. de ce projet ;

– ils vous aident à préparer la présentation que vous allez faire devant le conseil de sélection et de suivi.

Au bout d’au minimum 3 mois de présence dans l’incubateur (ça peut être 3, 4, 5 et enfin 6 mois mais pas plus) ça y est votre projet est formalisé et vous vous sentez enfin prêt pour faire entrer ce projet en incubation. C’est le moment, donc, d’ « affronter » le conseil de sélection et de suivi, car l’entrée n’est pas automatique, il y a en quelque sorte un examen de passage.

L’incubation

L’entrée en incubation est soumise à l’accord du conseil de sélection et de suivi (CSS). Ce dernier est composé du directeur de l’incubateur, des experts dans les domaines technique, économique, financier, des chefs d’entreprises innovantes, des chercheurs, et encore des représentants d’institution ou de partenaires.

Vous devez faire une présentation de votre projet durant 20 minutes devant les membres du CSS. A l’issue de votre passage devant le CSS et l’étude de votre projet par celui-ci, il y a trois cas de figure :

1) soit votre candidature est acceptée, vous allez alors signer une contrat d’incubation avec l’incubateur au cours du mois qui suivera la tenue du CSS, votre projet pourra donc suivre un processus d’incubation qui peut durer de 12 à 24 mois ;

2) soit votre projet est rejeté (non retenu)

3) il est, enfin, possible que votre projet soit interessant mais comporte quelques lacunes, dans ce cas là le CSS va vous faires quelques recommandations et vous invitera à réviser votre projet et de revenir le soumetre aux prochains CSS.

Durant la phase d’incubation vous bénéficierez d’un accompagnement personnalisé (sur mesure) en fonction de votre projet et des besoins qui en découlent.

La création de votre start-up

Après une durée comprise entre 12 et 24 mois depuis votre entrée en incubation, votre projet est bien ficelé et est enfin prêt à être lancé. Même à ce stade (votre start-up est créée) vous pouvez encore bénéficier des services de l’incubateur, cette phase est appelée la post-incubation.

Pour vos remarques sur cet article n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, nous nous ferons une joie de vous lire et vous répondre.

Manifestation Scientifique

Les départements développent des relations d’échanges et de coordination avec les structures d’enseignement, de Recherche et de Développement impliquées ou intéressées par les problèmes environnementaux et l’agriculture dans les régions sahariennes. A cet effet, de nombreuses conventions sont signées, constituant ainsi un cadre organisé avec l’INRA, le CDTN[1], l’IFP[2] et l’ONM[3].

 En outre, des relations très étroites sont entretenues d’une façon permanente avec la profession représentée essentiellement par les agriculteurs, les inspections et directions de l’environnement, les structures technico-administratives et de développement relevant du Ministère de l’Agriculture (DSA, Subdivisions, Chambres d’Agriculture, CDARS, INPV, ITDAS,…), de la direction de wilaya de l’environnement et de la Sonatrach.

 Sur le plan international, et malgré une conjoncture défavorable, de nombreux échanges ont été établis avec des structures et organismes essentiellement par la participation des enseignants chercheurs à des manifestations scientifiques et les enseignements post-gradués.

Projet de Recherche